RSS
RSS




Partagez|

Kenny | Ruby Rose (Ancien PJ, peu joué) [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Roxas
Rang 1
Voir le profil de l'utilisateur http://xmhorizon.forumactif.org/t55-roxas-rafael-baldwin#73 http://xmhorizon.forumactif.org/t63-rafael-s-links#100 http://xmhorizon.forumactif.org/t62-roxas-co#98
Date d'inscription : 23/02/2016
Messages : 551
Points : 634
Disponibilité RP : Libre
Identité : Rafael Baldwin
Rôle : X-Men
Capacités : Métamorphose (Externel)
Arme(s) : /
Situation sentimentale : Marié (Seaworth)
Etat de santé : Deux doigts manquant ainsi qu'une prothèse à la place de la jambe droite
Avatar : Daniel Lavoie
MessageSujet: Kenny | Ruby Rose (Ancien PJ, peu joué) [Libre] Jeu 6 Oct - 17:37
Ce PV est très détaillé, puisque je remets ici la fiche telle qu'elle avait été postée. Kenny n'a quasiment pas été jouée, c'est pourquoi je la laisse en PV, si elle tente quelqu'un, d'aventure. J'ai conscience que tous ces détails peuvent aider, mais représentent aussi une contrainte. En ce cas, il suffira de me contacter par mp, pour négocier !

  • Nom : Turner
  • Prénom(s) : Cristal, nom qu'elle n'aime pas et n'utilise pas
  • Pseudonyme : Kenny
  • Faction : Nomade
  • Rôle : /
  • Sexe :
  • Né(e) le : 19/08/2003
  • Age : 30 ans
  • Zodiaque : Lion
  • Nationalité : Américaine
  • Origines : Australiennes
  • Orientation sexuelle : Bi
  • État Civil : Célibataire
  • Taille : 1m68
  • Poids : 56kg
  • Arme(s) : Revolver
  • Forme physique : Bonne
  • Passion(s) : Séduction, art, rébellion,...
  • Peur(s) : Dépendre de quelqu'un, surtout inaccessible.
  • Véhicule(s) : Moto
  • Animal(aux) : /


Externel(le) : Oui [] Non [✓]
Capacités (2) ▬ Sans doute connaissez-vous la légende du roi de Prygrie, Midas, qui avait pour faculté de tout changer en or, plus sûrement qu'une pierre philosophale.
Heureusement, la phase durant laquelle les pouvoirs de Kenny étaient incontrôlables, n'a pas duré, sans quoi, elle aurait presque pu mourir de faim. Lorsqu'elle le décide, elle est donc capable de changer les choses en or, du moins en apparence. Il va de soi que la structure des êtres vivants est plus compliquée à métamorphoser que celle des objets. De plus, les surfaces plus grandes et étendues demandent un effort de concentration et une durée plus importants. Ces inconvénients l'incitent bien souvent à simplement recouvrir l'objet en question d'une pellicule d'or, plutôt que de le modifier pleinement. L'or peut avoir diverses consistances et températures, mais ces états ne s'éloignent jamais trop de ceux de l'objet source, et elle ne peut en aucun cas faire surgir l'or de nulle part. La jeune femme peut appliquer son pouvoir sur elle-même, ce qui pourrait notamment la recouvrir d'une armure d'or : même si cela est esthétique, il n'est pas certain que ça soit aussi résistant et efficace que l'armure de diamants d'Emma Frost. Et le problème réside dans le fait que ce pouvoir peut paraître n'être qu'une supercherie, à bien des égards. Le changement en or n'est en aucun cas éternel, même si cet état peut avoir des durées variées. C'est d'ailleurs ceci qui a permis à Kenny d'abuser de la confiance de ses contemporains, sans pour autant devenir riche, mais plutôt en finissant en prison. Somme toute, il s'agit plus de l'or de leprechaun, que de l'or du roi Midas.
Cette capacité est intrinsèquement liée à une forme de télékinésie, qui lui permet d'exercer un certain magnétisme sur les objets en or, mais cette facette de son pouvoir est encore très loin d'être approfondie.


Portraits moral et physique ▬ Kenny n'est pas une personne particulièrement hypocrite ou menteuse, et pourtant, on fait difficilement mieux au niveau des ambivalences et faux-semblants. Elle passe peu inaperçue, ou du moins, on peine à l'oublier. Il serait confortable de dire que cela n'est dû qu'à sa beauté naturelle, mais son look – surtout – interpelle. Sa coupe brune, courte et bien spécifique, ajoutée à une tenue fort peu féminine, pour ne pas dire androgyne, rebute les uns et attire les autres. Les moins observateurs ont quelquefois un doute sur son genre. Elle n'a jamais véritablement cherché à provoquer qui que ce soit. Seulement, depuis plusieurs années, et cela a été confirmé par une brève existence carcérale, elle se sent plus à l'aise ainsi. Elle n'est pas allergique aux tenues féminines, que d'aucuns qualifieraient de sexy, mais elle n'éprouve pas le désir d'être cantonnée à un seul rôle, et se sent ni plus ni moins à l'aise en jean, tee-shirt et veste en cuir. Les tatouages qui lui parcourent le corps pourraient la rendre d'autant moins engageante, mais elle compense cela par un regard clair et un sourire sincère. Quelque soit sa tenue, on ne peut guère la qualifier de femme hommasse, dans la mesure où son corps est très fin, élancé, et où elle ne cherche pas spécialement à cacher ses formes. Kenny possède un visage gracieux, aux traits fins et juvéniles, qui ne laissent pas vraiment transparaître qu'elle vient d'avoir trente ans. Elle a une cicatrice sur le front, qui n'est visible qu'à une certaine proximité, ou selon l'inclinaison de la lumière.

Moralement, et comme son apparence l'indique, Kenny attache un point d'honneur à ne devoir suivre aucune étiquette. Il paraît difficile de lui imposer quoique ce soit, en dehors de ses propres principes, et ce tempérament n'y est sans doute pas pour rien, si elle a séjourné quelques années en prison. Malgré des apparences accommodantes, elle demeure quelqu'un de persistant, voire têtu, qui ne semble pas souvent prompt à regretter ses choix, y compris ceux qui lui ont compliqué l'existence. Ni particulièrement exubérante, ni introvertie, elle sait être de bonne compagnie, voire généreuse, sans véritablement s'ouvrir aux autres. Elle attache énormément d'importance à l'indépendance, ce qui est autant une force qu'un désavantage. Kenny fait parfois des conneries, c'est un fait, sans toujours en tirer une expérience, comme si elle souffrait du syndrome du rafaelisme. Son franc parler n'est pas toujours agréable à entendre, mais au final, elle laisse les autres vivre leur vie comme ils l'entendent. L'entraide est utile, mais elle est d'avis que si chacun laissait les autres s'occuper de leurs propres fesses, sans systématiquement émettre de jugements, ou donner leur avis ; la terre tournerait un peu mieux. En parlant de fesses, Kenny est une femme séduisante et en a conscience. Elle n'est pas particulièrement narcissique, ni nymphomaniaque, mais elle se plaît à séduire les gens, sans pour autant véritablement rechercher un couple. Elle a bien des défauts, qui la font parfois passer pour une égoïste, qui ne respecte pas grand chose et pour qui la loyauté est une notion surfaite ; elle n'en possède pas moins une forme de générosité certaine et des principes auxquels elle se plie, malgré quelques actes de folie.

HORS JEU.

Avatar : Ruby Rose
Multi-compte : Oui [✓] Non []
Date de naissance : 06/1992

Avez-vous lu les règles ? Fascinantes.
D'où connais-tu le forum ? /

Histoire ▬

I. Le Woody's

Le Woody's était un bar de taille moyenne, mais très animé. La plupart des fondations étaient recouvertes de bois, et d'ailleurs, des poutres étaient visibles au plafond. Cette atmosphère boisée, alliée à certaines parois simplement en briques, apportaient une ambiance de couleurs chaleureuse, au bar. Il n'était pas de la première jeunesse, mais on y servait de tout. Les tables, chaises et tabourets ne manquaient pas, et la musique raisonnait jusqu'au petit matin. Un coin de la salle, aux abords d'un pilier, était pourvu d'au moins un billard. Au reste, il y avait de la place pour danser, et plus si affinités, comme l'indiquaient les publicités de différents clubs et boîtes, affichées ici et là. Le Woody's rassemblait une clientèle jeune mais hétéroclite. Personne n'était ici pour se laisser choquer par quelques mœurs sortant du lot.
C'était ici que Kenny, malgré sa jeunesse, passait la plupart de ses soirées. Ses parents travaillaient dans l'industrie pharmaceutique et n'approuvaient guère son... épicurisme à une époque où les Invisibles régnaient sur New York. Kenny, comme toute adolescente qui se respectait, s'imaginait que le monde n'allait pas tarder à s'écrouler sous leurs pieds, et que, avant cela, il n'y avait qu'une chose à faire : en profiter à en crever.
Elle était têtue et ses parents n'avaient de toute façon pas tant de temps que cela à lui accorder. L'état était très exigeant à cette époque, et les travailleurs jugés utiles n'avaient guère droit à l'erreur. Kenny avait également un frère, Robert, de cinq ans son aîné. Personne ne voulait vraiment en parler, mais tous s'accordaient à penser qu'il était gay. Kenny avait tenté de le convertir à son univers, quelques fois, espérant lui faire comprendre qu'elle le comprenait, et qu'il pouvait bien faire tout ce qu'il lui chantait, mais l'image de Robert au Woody's n'avait strictement rien à avoir avec l'idée du bonheur, que l'on pouvait se faire. Il était stoïque, mal à l'aise, l'adolescente le trouva rasoir en vérité.
Avec le recul, Kenny réalisera qu'elle avait été bien ingrate et insouciante, avec ses parents, et qu'elle aurait dû faire plus attention aux états d'âme de son frère, mais la vie était ainsi faite quand on était adolescent : on vivait chaque jour pleinement, comme s'il n'y avait pas de lendemain. Mais était-ce faux, finalement ? Certains avaient un avenir glorieux, d'autres aucun avenir, et cela n'était souvent que le fruit de la grande loterie de l'univers, surtout lorsque le monde finissait embrasé.
A cette époque, la seule ardeur était celle des néons du Woody's, et Kenny - échappant, par miracle à toute dépendance aux drogues ou alcools – dansait avec volupté.


II. Break Free

Cette vidéo se déroulait dans un huis-clos. Les images se succédaient au rythme de quelque chanson, mais le tournage s'était fait dans le silence. Or, ce silence avait fait crier une âme, suffisamment pour y déclencher une tempête. Il ne s'agissait pas de l'âme de Kenny, mais de celle de son frère, Robert.
Alors qu'elle avait 19 ans, elle avait assisté à un des cours de théâtre de ce dernier. Ce n'était pas la première fois. Elle appréciait de traîner avec des individus plus âgés qu'elle, et d'ailleurs, elle s'était liée d'amitié avec une certaine Cali. Kenny passait rarement inaperçue et son look séduisit suffisamment le metteur en scène pour en faire la vedette du court-métrage qui était en préparation : un court-métrage sur le transgenrisme.
Kenny s'amusa à imiter la parfaite poupée de son et de cire, comme disait la chanson, avant de faire semblant de renaître, en masquant ses formes, en en simulant d'autres, puis en endossant des vêtements masculins. Ce qui ne fut qu'un divertissement et une expérience pour elle, se révéla être une prise de conscience, pour son frère aîné, même s'il le garda pour lui.
Kenny avait d'autres sources de préoccupation. L'âge voulait qu'elle soit plus mature, mais le contexte le nécessitait également. La guerre contre les Invisibles, faisait effectivement plus rage que jamais. Heureusement, sa mutation préservait un minimum sa famille du racisme ambiant. Même si la jeune femme était brillante à l'école, elle n'était nullement passionnée par elle. Elle préféra l'école de la vie, non pas comme une Léa Seydoux, mais comme un Brian Kinney, et surtout comme une jeune mutante, qui se devait de maîtriser ses capacités, pour en faire profiter ses propres intérêts, mais aussi ceux de sa famille. Peu lui importaient les lois.


III. L' Underground Café

L'Underground Café était un local sous-terrain, comme son nom l'indiquait. Il était le nouveau repère de Kenny, après le Woody's, dont il ne semblait être que le négatif. Il était constitué de teintes froides et sombres, il fallait dire que les étoiles, là-bas, ne pouvaient pas briller très fort. La population du bar surtout, éprouvée par une situation mondiale qui n'avait fait qu'empirer, était moins insouciante et fêtarde. Kenny se souvient encore de la responsable du café, qui errait entre les tables, à la façon d'une serveuse automate.
C'était ici que s'étaient réfugiés un groupe d'individus haineux à l'encontre du gouvernement totalitaire. Kenny n'hésita pas à rejoindre ce gang armé de vestes en cuir, de motos, et surtout de lames en argent dans la poche. Ils se voyaient comme des rebelles, des défenseurs insaisissables de la liberté. En vérité, ils n'étaient que les représentants d'une jeunesse désespérée, qui cherchaient un sens à leur existence, ou simplement à subsister, en devenant quelque peu criminels.
Ils ne se contentèrent plus d'ignorer les lois, mais de les contrer. Ce qui aurait pu devenir un groupuscule idéaliste se mua en gang anarchiste, ne rechignant à utiliser aucune violence, pour parvenir à ses fins. Kenny était ni plus ni moins devenue une délinquante, une voleuse. Son pouvoir lui permettait de duper son prochain, et elle en fit grand usage. Un jour de printemps, elle n'hésita pas à sortir de son univers sous-terrain, pour se procurer divers objets d'un autre âge, vendus par un particulier. Mécontente de donner de l'or éphémère à Davos Tosca, elle emporta un sextant qui lui appartenait, et qui n'était pas à vendre, en guise de souvenir, avant de disparaître, comme elle était venue. Kenny pouvait être une tempête.
Mais que pouvait espérer une tempête, lorsque le beau temps ressurgissait ? En 2025, les Invisibles avaient été vaincus, et la paix fut restaurée. Ce bouleversement politique n'incita pas la population de l'underground café à changer son mode de vie. Kenny songea quelquefois à se ranger, mais comment prétendre revenir à une existence ordinaire, lorsqu'on avait connu le pire, et surtout, comment tourner le dos à des amis qui pouvaient se muer en bourreaux ? La jeune femme prit le parti de s'assagir, mais maintenant que le monde était plus ordonné, les crimes refirent surface, et Kenny fut condamnée à plusieurs années de prison.


IV. Litchfield Penitentiary

Des clôtures hautes, rehaussées par des ronces artificielles, encadraient et fermaient le périmètre du pénitencier Litchfield. Le bâtiment à l'intérieur, était entre le brun et le rouge. Les combinaisons des détenues de cette prison pour mutantes étaient d'un brun pale. Les tenues des nouvelles arrivées, orange vif, tranchaient avec l'ambiance pastelle de cette cage, et attiraient l'attention sur elles. Kenny partageait un compartiment avec une autre détenue. Régulièrement, un des gardiens venait lui administrer une dose de sérum suffisante, pour neutraliser son gêne X. Kenny avait l'impression d'être enfermée dans cet asile, dans Vol au-dessus d'un nid de coucou. Elle se sentait seule, et manipulée.
Elle avait commencé à purger sa peine dans une prison pour femmes, à faible sécurité, à New York. Sa famille n'était pas spécialement fière d'elle, mais au moins venait-elle la voir. Kenny avait profité d'une faille de la sécurité, et du fait d'avoir récupéré momentanément ses pouvoirs, pour tenter une évasion. C'est suite à cette tentative ratée que sa peine fut quelque peu rallongée, et qu'elle fut transférée dans un pénitencier plus sérieux, Litchfield, en Alabama.
Litchfield n'était pas si terrible que ça, du moins lorsque vous ne finissiez pas au trou. Certaines prisonnières parvenaient même à tisser de vraies complicités et amitiés, même s'il n'était pas certain que ces liens seraient préservés, dehors. Certaines femmes étaient de grandes criminelles, mais elles étaient ici pour payer leur dette envers la société, et le passé n'avait plus d'importance. Elles survivaient ensemble, en se serrant les coudes. Elles se faisaient une famille, avec celles qui n'en avaient pas.
Kenny apprit à ne compter que sur elle-même, car jamais sa propre famille ne prit la peine de venir la voir. Il n'était pas surprenant que ses parents se contentassent de courriers, et coups de téléphone, mais Robert ? Kenny s'accrocha énormément à la correspondance qu'elle avait avec lui. Il était son principal lien entre le monde réel et cette cage. Elle lui demandait, de temps à autres, quand il viendrait la voir, dans le sud des états-unis. Mais il éludait, ou reportait sans cesse. Elle finit par prendre ses distances avec son frère, sans se douter qu'il était devenu... sa sœur.
La prison avait également les inconvénients que l'on pouvait attendre. Les conditions de vie étaient acceptables, mais beaucoup de filles, les plus jeunes et isolées surtout, désespéraient. Le problème de la violence n'était peut-être pas aussi accru que dans les prisons pour hommes, mais les femmes savaient être autrement plus vicieuses. Le problème du viol n'avait pas autant d'envergure que dans les pénitenciers masculins, mais il y avait des butchs et des séductrices ici. Évidemment, les gardiens corrompus étaient les plus à craindre.
La vie était parfois rendue plus supportable, grâce à la présence de contrebandes, qui permettaient aux femmes de se maquiller, de s'accorder des caprices, ou accessoirement de se droguer... Kenny fut furieuse, puis simplement abattue, de devoir gâcher sa jeunesse entre ses murs. Elle allait devoir s'habituer à cette cage qui serait la sienne, durant bien des années. Jusqu'au jour où la terre s'arrêta de tourner.


V. The Institute

La base de l'Institut (qui n'avait rien à voir avec l'école de feu Charles Xavier) était souterraine. Ce groupuscule vivait sous terre, faisait office de croque-mitaine dans l'état d'Alabama, mais était puissant, ou du moins, le pensait-il. Kenny avait l'impression d'être de retour à l'underground café, en plus sophistiqué. Néanmoins, lorsqu'elle remontait à la surface, les terres étaient arides, désertes, polluées.
Les détenues de la prison Litchfield avaient peiné à croire ce qu'elles voyaient aux infos lorsque la fin du monde avait été annoncée. La prison essaya de fonctionner comme si de rien n'était, aussi longtemps que possible, mais force était de constater que se voiler la face, était suicidaire, lorsque l'électricité commença à décliner, et lorsque plus aucun vivre, ne leur parvint. Les détenues ne cherchèrent plus à rester dans les rangs, surtout quand il commença à y avoir des pénuries de sérum anti-mutant. Les gardiens eux-même désertaient leur poste. Des prisonnières s'évadèrent, d'autres choisirent de rester, puisque la prison était désormais à elles. Kenny avait longuement hésité, mais les rumeurs disaient qu'il était impossible de passer d'un état à un autre, et par ailleurs, difficile de survivre seul, dans ce nouveau monde. Vivre à Litchfield, en femme libre, était une victoire et une amertume en soi. Cet endroit était mieux situé et plus protégé que tout autre, dans un territoire devenu hostile, mais qui voudrait de ce monde, et comment savoir ce qu'il était advenu de ses proches ?
Elle profita de ce toit quelques mois, avant de se lasser de l'instabilité qui y régnait. Elle suivit sa propre route, avec quelques compagnons. Au fil des années, surtout à cause d'un climat déglingué, la nature avait repris ses droits, et il s'agissait de vivre, comme dans ces films et séries post-apocalyptiques. Les animaux n'offraient pas plus de quartier que les hommes, et mieux valait renverser ses chaussures, avant de les enfiler, si on ne souhaitait pas être mordu par une araignée mortelle.
Au bout de quelques temps, Kenny fut recrutée par un membre de l'institut, et rejoignit leur bunker. Ce groupe recrutait les mutants qui pouvaient s'avérer utiles, sans hésiter à oppresser le reste des habitants de l'état. Mais ils étaient très avancés sur les autres. Kenny n'était pas bien mise au courant, mais ils semblaient avoir pour objectif principal la recherche. Ils étudiaient notamment ces animaux difformes et mutants, qui semblaient se multiplier depuis quelques temps. N'étaient-ils que le fruit des radiations, ou des mutants n'avaient-ils pas accentué le processus ? Kenny ignorait si c'était vrai ou non, mais on accusait l'Institut de tout. Certains osaient dénoncer un complot de l'institut, où des recherches sur les animaux, auraient mal tourné. D'autres assuraient que l'Institut tentait de repeupler la terre, mais seulement avec des mutants triés sur le volet, grâce à un système de procréation sélective et artificielle.
Par dessus-tout, l'Institut se demandait comment se portait le reste du monde, et finit par songer à une expédition.


VI. Macon

Macon n'était pas une ville, mais un navire. Kenny avait quelquefois hésité à emprunter un navire, pour échapper à la folie des régions qu'elle avait eu le loisir d'arpenter, et pour voyager, simplement. Seule, elle n'avait jamais osé. Mais les dirigeants de l'Institut avaient exigé qu'elle soit de l'expédition.
Au vu des risques, il ne s'agissait pas d'un traitement de faveur. Elle n'avait pas été irréprochable, et ils lui donnaient une occasion de se racheter. Elle se demandait parfois s'ils ne souhaitaient pas seulement se débarrasser d'elle. Ce n'était pas comme si elle était seule, sur cette embarcation, de toute façon. Une casquette rouge et blanche plaquée sur la tête, elle observait l'horizon face à elle. Les vagues s'agitaient doucement sous leurs pieds, et la vue du soleil déclinant était imprenable.
Le voyage était long, d'autant qu'ils s'efforçaient de voyager de nuit, pour ne pas attirer l'attention des pirates. Ils essayaient de traverser le golfe du Mexique, pour voir comment les choses se déroulaient, à l'étranger. Ils ne parvinrent jamais à destination... Une nuit, ils croisèrent malgré tout un bateau-pirate, qui n'hésita pas à ouvrir le feu, sur le leur, qui ne faisait pas le poids. Certains membres de l'équipage furent tués, d'autres peut-être pris pour prisonniers, mais Kenny avait disparu, dans l'eau. Elle n'aurait pas survécu, si elle n'avait pas été accompagnée d'un mutant capable de les préserver jusqu'au rivage le plus proche.
Quelque fatalité les mena donc en Louisiane, où elle perdit malheureusement son camarade de vue, suite à une attaque d'alligators. Elle était désormais livrée à elle-même.


Chronologie

2003 ▬ Naissance de Kenny, à New York. Son frère, Robert, a cinq ans de plus qu'elle.
2018 ▬ L'état totalitaire des Invisibles est instauré, alors que Kenny a 15 ans. Sa famille ne tolère pas cela, mais ses parents, en raison de leur emploi, sont utiles à l'état, et pas réellement inquiétés. Kenny est heureusement une mutante.
2022 ▬ Kenny (19 ans) suit son frère dans un cours de théâtre, et est embauchée, bien malgré elle, pour jouer dans un clip vidéo, ayant pour thème le transgenrisme. Elle en garde un bon souvenir, sans avoir conscience de l'impact que cela a eu sur son frère. C'est à cette époque que la guerre s'envenime.
2025 ▬ La paix revient lorsque Kenny a 22 ans. Or, elle fréquentait des criminels et agissait comme telle. Elle est incarcérée, au bout de quelques mois, et sera transférée plus tard dans une prison en Alabama. Elle y entretiendra une correspondance avec son frère, sans se douter qu'il est devenu sa sœur...
2028 ▬ L'apocalypse survient. Kenny (25 ans), voit son incarcération abrégée grâce aux conséquences du fléau. Elle est libre, mais à un prix certain : le monde est bouleversé, et elle n'a aucun moyen de savoir ce qui est arrivé à sa famille. Elle se joint à un groupuscule inquiétant nommé l'institut.
2033 ▬ Après cinq ans d'existence dans un monde post-apocalyptique, Kenny monte à bord du Macon, lors d'une expédition pour l'Institut. Malheureusement, le bateau est intercepté par des pirates, et elle échoue en Louisiane...


_________________

Kenny | Ruby Rose (Ancien PJ, peu joué) [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
eXternals Mutants Horizon :: eXternals Mutants Horizon :: Incorporation :: Personnages Prédéfinis-
Sauter vers: